Etendard Royal

Accueil

 

 

 

Nouveau blog :

letrefleetleslys.hautetfort.com

Posté par Etendard royal à 15:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Contact

Si vous avez des conseils ou des questions concernant quoi que ce soit, laissez-les en commentaire : j'y répondrait de mon mieux.

Posté par Etendard royal à 15:03 - Commentaires [3] - Permalien [#]

mercredi 2 octobre 2013

Le double langage de Najat Vallaud-Belkacem

En 2011 : 

"La théorie du genre, qui explique «l'identité sexuelle» des individus autant par le contexte socio-culturel que par la biologie, a pour vertu d'aborder la question des inadmissibles inégalités persistantes entre les hommes et les femmes ou encore de l'homosexualité, et de faire œuvre de pédagogie sur ces sujets."


En 2013 : 

"La "théorie du genre", ça n'existe pas !"

Posté par Etendard royal à 17:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 31 août 2013

70% des Syriens soutiennent Assad

Manifestation de soutien au président syrienAprès deux ans de guerre civile, le soutien pour le régime syrien du président Bachar al-Assad a fortement augmenté.

Le constat revient à l'OTAN qui s’est basé sur des données recueillies par des militants et des organisations parrainés par l’occident, et selon lesquels la majorité des Syriens sont alarmés par la confiscation de la révolte par la nébuleuse d’Al-Qaïda et préfère revenir à Assad.

"Les gens en ont marre de la guerre et déteste les djihadistes bien plus qu’Assad", signale une source occidentale, rapportée par le quotidien américain The Herald Tribune.  Et d’ajouter : "Assad est en passe de gagner la guerre parce que les gens coopèrent avec lui contre les rebelles".

Ces révélations rejoignent les propos du président syrien exprimés dernièrement lors d’une interview pour notre chaine AlManar. Interrogé sur les raisons du renversement de la donne militaire à l’avantage de l’armée régulière ces derniers temps, il a répondu : «  ... l’environnement qui soutenait les rebelles s’est bouleversé. ... Certains Syriens pensaient qu’il s’agissait d’une révolution contre certains aspects négatifs qui sévissaient.... Depuis, de nombreux miliciens ont quitté les rangs des groupuscules et ont repris leur vie normale ».   

Dans les détails, rapporte le journal américain, les données relayées à l'OTAN au cours du dernier mois font état de 70% des Syriens qui soutiennent le régime Assad, alors que 20% d’entre eux ont été jugés neutres, tandis que seulement les 10%  restants ont exprimé leur soutien aux rebelles.

Ces données proviennent d'un éventail d'activistes et des organisations indépendantes qui travaillent en Syrie, en particulier dans les efforts de secours.
Les données ont été transmises à l'OTAN dont les membres sont divisés sur l’intervention en Syrie...

Selon la source occidentale, un rapport de l'OTAN avait auparavant constaté que les Syriens, particulièrement de la communauté sunnite ont subi un changement radical les derniers six mois. 

"Les sunnites n'aiment pas Assad, mais la grande majorité de cette communauté se retire de la révolte", poursuit la source, avant de conclure : « Ce qui reste ce sont des combattants étrangers parrainés par le Qatar et l'Arabie saoudite. Ils sont considérés par les sunnites comme bien pires qu’Assad ».

Source : Al-Manar

Posté par Etendard royal à 20:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

jeudi 27 juin 2013

Reportages : après les manifs pour tous, quelles suites ? (conférence Boulevard Voltaire)

Lundi 25 juin se déroulait à Paris une conférence à l’initiative de Boulevard Voltaire sur le thème « Après les Manifs pour tous, quelles suites donner à la mobilisation ? ».

 Le public était présent, et face à l’affluence des réservations, les organisateurs ont d’ailleurs dû changer le lieu de réception, le précédent se trouvant être trop petit pour accueillir les curieux.

Etaient reçus à ce débat, animé par Robert Ménard, Béatrice Bourges, porte parole du Printemps français, Renaud Camus, écrivain, président du Parti de l’In-nocence, et Gabrielle Cluzel, éditorialiste sur Boulevard Voltaire. Ceux-ci ont débattu dans un premier temps face au public, avant que celui-ci ne soit invité à prendre la parole et à poser ses questions.

Voici un résumé non-exhaustif des échanges qui ont duré près de 2h15 :

Robert Ménard interroge sur l’importance de cette loi, que va-t-elle changer, pourquoi lui donner une telle importance ?

Pour Renaud Camus, on parle de prénom et non de nom, or le nom est ce qui relie à la civilisation, donc au peuple. Mais pour lui, il y a plus grand danger que celui de l’adoption des couples homos, c’est le grand remplacement qui est autrement plus grave.

Gabrielle Cluzel exprime alors son désaccord, cela participe aussi à la destruction de la civilisation et ajoute qu’à ce sujet Marine Le Pen s’est trompée en disant que ce n’était pas d’une importance première. Elle s’interroge, est-ce une stratégie politique, une peur d’être amalgamée avec la récupéraiton politique de l’UMP ?

Pour Béatrice Bourges, c’est anthropologique, si on veut préserver notre civilisation il faut prendre en compte TOUS les sujets. Elle ajoute que couper les enfants de leur généalogie, c’est les couper de leur civilisation.

Robert Ménard rebondit alors, que faire maintenant ?

Cluzel cite Jean-Paul II, « n’ayez pas peur ! », et estime que tout le monde doit se rassembler, LMPT, le Printemps Français, tous ceux qui sont contre cette loi doivent s’unir loin des clivages.

Pour Renaud Camus, la suite à donner est politique, il faut s’engager politiquement.

Béatrice Bourges estime que de ce mouvement des « anti » une refondation des grands partis devrait avoir lieu autour des valeurs de civilisation ; elle juge que ce mouvement des « anti » a provoqué 2 blocs dans les deux gros partis (UMP, FN) : il y a ceux d’un côté pour qui l’homme est tout puissant, l’homme qui a envie donc qui doit avoir (les « pro »), et les autres, les « anti », attachés aux valeurs.

D’ailleurs elle rappelle que l’ovation qui a accompagnée la prise de parole de Marion Maréchal-Le Pen dimanche 23 juin lors du rassemblement de soutien à Nicolas le montre, il n’y avait pas que des sympathisants FN, loin de là. Quant à ceux, toujours les mêmes, qui crieront au fascisme, Béatrice Bourges leur répond par antiparastase « Alors être fasciste est un honneur ! »

Lorsque le public est invité à prendre la parole, la première question qui est posée est celle de la résistance face à un pouvoir jugé illégitime : faut-il résister ou se cacher ?

Robert Ménard interroge alors Béatrice Bourges : faut-il entrer dans l’illégalité ? N’y a-t-il pas un risque qu’il y ait d’autres Nicolas ?

Pour Béatrice Bourges, prendre des risques oui il le faut, pour retrouver cette civilisation qu’on souhaite tous, la désobéissance civile oui également. Elle rappelle que la légalité n’est pas synonyme de légitimité. Mais elle appelle à une résistance non-violente. Et pour revenir à la question de Ménard lui demandant quelle était la grande différence entre elle et Barjot, elle met en avant le côté légaliste de Barjot, pour qui une fois le projet Taubira voté, il faut se soumettre à la loi.

Renaud Camus appelle à ne pas sombrer dans les fantasmes ni dans le romantisme et ironise sur les Maires qui ne veulent pas marier les couples homos : ils n’ont qu’à démissionner !

Ménard demande alors si on peut parler de dictature socialiste.

Au départ Renaud Camus trouvait le terme exagéré, puis sa pensée sur la question a été amenée à évoluer en voyant le traitement qui était réservé aux manifestants alors que dans le même temps, les « espèces sensibles » du Trocadéro jouissaient d’une relative impunité… Il souligne aussi l’amusement de la Russie de voir la France moralisatrice user de la répression et des violences policières…ce qu’elle reproche habituellement aux Russes !

Béatrice Bourges considère, elle, que la dictature est en germe. Elle nous fait partager une anecdote : un groupe de quelques jeunes faisait du vélo sur les Champs Elysées. Sur le vélo d’un de ces jeunes, flottait un petit drapeau tricolore. Ils ont été arrêtés par la police qui leur a fait enlever le drapeau en les menaçant d’arrestation pour manifestation non autorisée !

Lire la suite sur Le Bastion

mardi 25 juin 2013

Clément Méric : la vidéo de l'agression a parlé

Clément Méric en avril 2013, lors d'une manifestation.Trois semaines après l'agression mortelle de Clément Méric le 5 juin, la police judiciaire parisienne vient de mettre la main sur les toutes premières images de la bagarre.

On avait d'abord cru qu'aucune image ne pourrait aider les enquêteurs... Finalement, trois semaines après l'agression mortelle de Clément Méric, le 5 juin dernier à Paris, la police judiciaire parisienne a mis la main sur les premières images de la bagarre.

La scène a été filmée par une caméra de surveillance de la RATP, située côté rue, au niveau de la station Havre-Caumartin. Les experts de la police technique et scientifique ont travaillé pendant plusieurs jours sur ces images pour les faire parler. Elles permettent de se faire une idée précise de la scène, jusqu'alors uniquement racontée par des témoins.

On voit notamment, pendant une bagarre générale, le jeune militant d'extrême gauche se précipiter dans le dos d'Esteban Morillo, le meurtrier présumé, alors de dos, semble-t-il pour lui asséner un coup. Le skinhead se retourne alors et le frappe avec son poing en plein visage. 

L'image ne permet pas de dire de façon formelle si Esteban Morillo donne un deuxième coup, ni s'il a ou non un poing américain. Le militant d'extrême-gauche, en tout cas, tombe immédiatement au sol, inconscient. Il n'est pas lynché une fois par terre.

L'autopsie avait établi que la victime n'était pas morte en tombant sur le bitume, mais avait été tuée par un ou plusieurs coups au visage  Ces images permettent de confirmer l'identité du meurtrier. Elles excluent l'hypothèse d'un lynchage, montrent un Clément Méric provocateur et confortent la thèse du juge sur une mort accidentelle à la suite de coups donnés.

RTL.fr

Posté par Etendard royal à 20:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

lundi 24 juin 2013

La MAIF pratique-t-elle la discrimination antichrétienne ?

J’ai reçu hier un courriel proprement hallucinant du nouveau président de l’association Le Foyer de Saint-Martin. Cette association, de Troyes (Aube) déclarée en 1929, est née « de la volonté [de la paroisse Saint-Martin de Troyes] de fédérer les jeunes autour d’activités physiques et culturelles ». L’association, grâce aux effort financiers des paroissiens, fit l’acquisition en 1958 d’un chalet dans les Vosges pour héberger des colonies de vacances d’été et d’hiver pour des jeunes indépendamment de leur origine géographique ou religieuse : chrétiens ou pas les parents peuvent y confier leurs enfants. L’association, évidemment, est agréée JEP (Jeunesse et Éducation Populaire).

Le nouveau président  de l’association a récemment procédé à un appel de devis auprès de différentes compagnies d’assurances ayant un département “associations” pour couvrir les enfants qui y séjournent, ce qui est normal et de toutes les manières obligatoire…

Le premier assureur à y répondre fut la MAIF (Mutuelle Assurance Automobile des Instituteurs de France), créée en 1934 par des instituteurs désireux de « se libérer de l’emprise des sociétés capitalistes »… Cette mutuelle d’assurances est destinée aujourd’hui aux enseignants, aux particuliers, aux collectivités et aux associations. Ses campagnes publicitaires qu’on peut voir sur différents supports et notamment à la télévision sont ponctuées du slogan : « MAIF, l’assureur militant »

Mais ne serait-ce pas une “militance” antichrétienne ?

Le président du Foyer de Saint-Martin a, en effet, reçu un refus de la MAIF au motif suivant : « votre association étant d’origine confessionnelle, nous ne pouvons donner suite à votre demande » !

Il s’agit là d’un refus de vente caractérisé. Rappelons que selon l’article L.122-1 du Code de la Consommation, issu de la loi du 11 décembre 2001 : « Il est interdit de refuser à un consommateur la vente d’un produit ou la prestation d’un service, sauf motif légitime (…) ». Les motifs légitimes sont l’indisponibilité du produit, ou l’impossibilité d’exécuter le service, ou encore la demande anormale et la mauvaise foi de l’acheteur, ou différents autres interdictions (vente d’alcool ou de tabac à des mineurs, par exemple). Aucun de ces motifs légitimes ne saurait être opposé, à mon sens, à l’association.

En outre ce refus de vente est aggravé par un motif de discrimination religieuse qui tombe, notamment, sous le coup de l’article 225-1 du Nouveau Code Pénal, et est donc punissable par des peines prévues à l’article 225-2, soit deux ans d’emprisonnement et 30 000 € d’amende.

Il s’agit là d’un des actes de discrimination antichrétienne les plus scandaleux survenu en France et qui ait été porté à ma connaissance cette année… On n’en restera pas à sa simple stigmatisation sur ce blogue.

L'observatoire de la christianophobie - www.christianophobie.fr

Totalitaire : un sociologue demande l’instauration d’un permis d’être parent obligatoire

Totalitaire : un sociologue demande l'instauration d'un permis d'être parent obligatoire

Il s’appelle Julien Billion, est un sociologue nourri par l’État et semble prêt à tout pour qu’on parle de lui. Dans un papier publié sur « Le Plus » du NouvelObs.com, il réclame à François Hollande l’instauration d’un « permis pour être parent » accordé par l’État et « obligatoire ». Objectif : « inculquer les fondamentaux sur les besoins, la psychologie, les droits de l’enfant et de développer les compétences éducatives des parents » car « peu importe l’orientation sexuelle (sic), être parent n’est pas inné et nécessite un savoir-être, un savoir-faire, une performance pour l’intérêt de l’enfant ».

N’y voyez rien de totalitaire, il s’agit simplement, assure-t-il, de « soulager les parents de leurs angoisses » : « Les parents pourraient rencontrer des experts, échanger en toute liberté avec d’autres parents, partager leur quotidien, leurs expériences, leur savoir, leur bonheur d’être parent. Ceux qui le sont pour la première fois pourraient bénéficier de conseils de parents plus expérimentés. »

Accessoirement, « la formation serait enfin un moyen de repérer les parents dangereux envers leurs enfants. Les parents en souffrance pourraient être accompagnés précocement dans leur rôle. » Des fois, par exemple, que les parents seraient opposés au relativisme ambiant ou à la dénaturation du mariage… Évidemment, cette « formation » serait« obligatoire » : « des rendez-vous avec des psychiatres, des psychologues, des éducateurs, d’autres parents seraient imposés » car « l’avenir de nos enfants en dépend ». Rappelons dans ces colonnes que la famille et le mariage n’ont pas attendu l’État pour exister, qu’ils ne lui doivent rien si ce ne sont des ennuis : en effet, depuis que l’État providence intervient, prétendant même s’y substituer, ces institutions rencontrent des problèmes.

En 2013, l’État a de facto décidé d’instaurer le droit à l’enfant. Vu les dérives affreuses qui en découleront, dans quelques années, il aura une bonne raison d’imposer cette formation. À moins que d’ici-là, les Français n’ouvrent les yeux sur l’État providence et sur sa capacité à créer dans la population des besoins de mesures liberticides et, plus généralement, à la rendre docile grâce aux aides reçues !

Nouvelles de France ndf.fr

Posté par Etendard royal à 18:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 20 juin 2013

Et maintenant la prison...

Par l'abbé Guillaume de Tanoüarn :

Alors que Nicolas vient d'écoper de deux mois de prison ferme à Fleury Mérogis, avec les délinquants et les criminels de tout acabit, nous pouvons nous demander ce qu'est cette Révolution chrétienne qui, hier et aujourd'hui fait des martyrs. Car il faut appeler les choses par leur nom. Un chrétien qui écope d'une condamnation judiciaire ferme parce qu'il a défendu l'institution du mariage, d'une manière ou d'une autre c'est un martyr. Manuel Gaz fait des martyrs. Cela vous étonne ?
Pour les inquiets, je précise que le seul tort de Nicolas est d'avoir été repris après une première garde à vue et d'avoir refusé la procédure inquisitoriale qu'on lui imposait, après avoir été arrêté à l'intérieur de la Pizza Pino, sur les Champs Elysées par des policiers en civil (qui l'ont tellement abîmé qu'ils ont eux-même dû acquitter 1300 euros d'amende. 1300 euros ? Ce que vaut la gueule d'un jeune catholique français).
Nous sommes devant un gouvernement terroriste, au sens précis où il utilise la terreur des gardes à vue abusives d'abord, le tabassage et des condamnations  à la prison ferme (m'est avis que cela ne fait que commencer) ensuite, pour éviter le débat public (et éventuellement le referendum) sur la question du mariage homosexuel. Pas de débat. Mensonge d'Etat à tous les étages sur l'ampleur de la réaction populaire (300 000 pour un million). Mépris. Tout pour casser le contrat social ou ce qu'il en reste. Cette manière de mépriser le Contrat social est significative : nous n'avons plus affaire à un gouvernement de gauche, mais à un gouvernement simplement nihiliste, décidé à casser par tous les moyens ce qui reste de la dernière institution chrétienne : la famille.
C'est ce mépris gouvernemental qui a tellement sensibilisé les jeunes et qui a fait (de rien) des militants. Si le Gouvernement veut une Rentrée chaude, il n'a qu'à continuer!
Ces jeunes, catholiques et français, ont un idéal, une certaine image de la France. Ils n'avaient besoin de personne pour la transmettre. Tant que l'Etat ne s'est pas attaqué à la famille institution bi-millénaire, ils continuaient d'être et d'agir selon ce que le Général De Gaulle, lui-même représentatif de cette France-là dans ses origines, avait appelé "une certaine idée de la France". Mais parce que l'Etat veut redéfinir la famille, parce que l'Etat veut faire subir à cette vénérable institution, pierre d'angle de notre civilisation, la loi de l'offre et de la demande, en élargissant  à l'infini les conditions donnant droit à l'appellation contrôlée, alors ces Français-là ne sont plus silencieux. On les atteint dans ce qui est leur coeur.
Quel est l'enjeu ultime : je l'ai dit dans le post sur "le CUC plus dangereux que le mariage homosexuel". Il s'agit de remplacer une institution fondée sur la nature de l'homme et de la femme et sur la religion de l'amour, par un contrat adaptable à toutes les situations: le papier supporte tout : tous les couples, les trouples, les associations polygames, le polyamour. L'enjeu est considérable Il s'agit de remplacer l'oeuvre conjointe de la nature et de la surnature par du papier!
Pour l'instant, s'opposer publiquement à cela vaut deux mois de prison ferme...
Cet enjeu n'a rien de nébuleux. Je regrette que C, le dernier à avoir vu Nicolas au Commissariat où ils avaient été sauvagement embastillés tous deux, signe sur les réseaux sociaux de cette formule fausse : "un idéaliste". Le mariage chrétien, monogame et fidèle, rayonnement d'amour, c'est un idéal, certes, mais ce n'est pas de l'idéalisme. C'est une réalité concrète. La famille est une véritable citadelle, "une tour de force", turris fortitudinis, comme l'appelle la liturgie traditionnelle du mariage. Récemment les Moulin Fournier, déposant à la télévision après une captivité de plusieurs mois au Nigéria entre les mains de coupeurs de route- coupeurs de tête, ont montré la force d'une famille chrétienne. Il suffisait de les écouter, d'entendre non seulement ce qu'ils disaient mais le son de leur voix, leur manière d'être, ce souci prioritaire pour leur quatre enfants prisonniers comme eux, ce souci dont on sentait bien qu'il ne les avait jamais quitté. Ce n'est pas de l'idéalisme cela ! C'est le miracle de la famille, ce grand vaccin contre l'égoïsme naturel.
J'entendais tout à l'heure Béatrice Bourge, au Journal de la nuit de Paul-Marie Couteaux sur Radio Courtoisie, expliquer que, pour un tel enjeux, la prison ne lui fait pas peur. Elle n'est pas la seule. Je remplace Catherine Rouvier aujourd'hui jeudi. Je la reçois à mon tour tout nà l'heure à 19H30, sur la même Radio. Le 20 juin est le dernier jour du printemps, occasion d'un bilan de ce printemps français qui continue, alors qu'il n'y a plus de saison. Nous répondrons à toutes les questions des auditeurs.
www.facebook.com/SoutienANicolas
soutien-nicolas.com

Posté par Etendard royal à 20:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 18 juin 2013

Hommage à Dominique Venner

Permalien de l'image intégrée

pgrconf@gmail.com

Posté par Etendard royal à 17:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Rendez vous à Gesté pour sauver une église de la folie socialiste!

eglise_geste_panorama-3[1]

Il est temps de se mettre en danger. Nous apprenons que la Gauche veut tomber dans un de ses travers historiques en cherchant à faire démolir l’église de Gesté dans le Maine et Loire.. Nous vous demandons de vous tenir prêts à vous déplacer dans l’urgence pour défendre cette église dont certaines parties remontent au XVème siècle. Rappelez vous qu’à Vendômes au début du XXème siècle ce furent des excréments qu’utilisèrent les mêmes officines pour terminer leur tâche immonde.

Rappelons que notre article "Nous ne serons plus jamais des catholiques de salon" a rencontré un grand succès. Nous espérons de tout cœur que nos lecteurs sauront mettre en pratique leur adhésion de cœur. Notons par ailleurs que cette église a vu périr plus de 300 chouans assassinés par les colonnes infernales!

Vous pouvez prendre connaissance de l’affaire dans l’article suivant. En voici un extrait:

« L’avocat de l’association a déposé ce jour un référé en suspension et une requête en annulation de la délibération du conseil municipal, mais il est probable que la démolition commencera dès demain. Il ne reste que peu d’alternatives possibles pour empêcher ce vandalisme. La première serait que le ministère de la Culture, qui est au courant de la situation, prenne ses responsabilités comme à Saint-Gemmes-d’Andigné (ou à Fontainebleau) et prenne un arrêté d’instance de classement. Mais celui-ci doit intervenir immédiatement.

La deuxième serait que l’on suive l’exemple de la Halle de Fontainebleau, où les défenseurs du patrimoine se sont opposés physiquement aux bulldozers. Nous parlions récemment de la leçon turque, peut-être est-il temps de la suivre même s’il est facile de parler depuis Paris, loin du Maine-et-Loire. Quelle que soit l’issue de cette bataille, il reste à espérer que les responsables n’en sortiront pas impunis. Va-t-on accepter qu’en France, désormais, un élu local puisse décider de la destruction d’une église en bon état, dont la qualité artistique est reconnue même par un tribunal administratif ? Sommes nous encore dans un État de droit ou le temps de la barbarie est-il définitivement revenu. « 

La Presse Internationale s’est déjà émue de la situation ubuesque dans laquelle se plonge la municipalité. Citons le New York Times par exemple.

S’il vous en fallait davantage pour vous encourager à la mobilisation, notons que la municipalité avec l’aide de la préfecture a encouragé la détérioration du Lieu. Vous pouvez prendre connaissance de leurs méfaits ici.

Nouvel Arbitre

nouvelarbitre@gmail.com

www.eglisedegeste.fr

Téléphone de la mairie : 02 41 56 64 56

Posté par Etendard royal à 17:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 17 juin 2013

La répression socialiste en France, dénoncée à l’ONU

Le Conseil des Droits de l’Homme de l’O.N.U., qui siège à Genève, a été saisi le 4 juin dernier, lors de sa 23ème session régulière, par Grégor Puppinck, directeur du European Center for Law and Justice-ECLF (Centre Européen pour les Droits de l’Homme et la Justice), des violations des droits de l’homme et des actes de répression illégaux et injustifiés à l’encontre les opposants à la loi Hollande/Ayrault/Taubira. Ci-dessous, la vidéo de l’intervention de Grégor Puppinck, suivie de sa retranscription (quelques différences insignifiantes entre les deux).

Dans le cadre de l’Examen Périodique Universel, l’ECLJ souhaite attirer l’attention du Conseil des droits de l’homme sur des événements graves qui se produisent actuellement en France en matière de contrôles d’identités, d’arrestations et de détentions arbitraires ainsi que de violences policières.

Depuis plus de huit mois, des millions — je dis bien des millions- de français manifestent pacifiquement dans toute la France pour défendre la famille et les droits des enfants contre une loi nouvelle qui crée un droit à l’adoption d’enfants et au mariage par les couples de même sexe. Ce mouvement social est le plus important en France depuis Mai 68.

Plutôt que de tenir compte de ce mouvement, le gouvernement a menacé de l’interdire, il le réprime par l’usage abusif de gaz lacrymogènes contre la foule, par des violences policières, des arrestations et des détentions arbitraires par centaines, je dis bien — arbitraires et par centaines.

Monsieur le Président, Du 24 au 26 mai, ce sont 350 personnes qui ont été interpellées (par la Police parisienne) et détenues en garde à vue jusqu’à trois jours durant. Sur ces 350 détenus, sept seulement ont été condamnés, très légèrement. L’arrestation des 343 autres était arbitraire et politique. En plus, des centaines d’autres personnes ont été arrêtés et retenus pendant plusieurs heures au prétexte de contrôles d’identités. Souvent, elles ont été arrêtées « au faciès », parce qu’elles portent ce vêtement marqué du symbole du Mouvement.

À aucun moment, la légalité de ces arrestations n’a été contrôlée par un magistrat indépendant.

Ces manifestants sont à présent fichés, leurs identités et empreintes sont conservées par la police. En outre, le gouvernement a ordonné l’identification dans l’armée des officiers proche du mouvement.

L’ECLJ documente tous ces cas de répression : nous recevons de très nombreux témoignages, notamment de victimes de brutalités policières, y compris sur des enfants et des mères de famille.

Monsieur le Président, cette répression doit cesser et être dénoncée. Elle démontre en particulier un dysfonctionnement grave des procédures de contrôles d’identité et de gardes à vues. L’ECLJ invite donc respectueusement le Conseil des Droits de l’Homme à se saisir de ces violations particulièrement graves pour un pays qui se targue d’être exemplaire dans le respect des droits de l’homme.

Je vous remercie.

Riposte Catholique

 

Posté par Etendard royal à 16:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Accueil du Pleutre de Tulle devant M6

Ils n’étaient pas moins de 700 nervis de la préfecture de Police dépêchés pour provoquer les manifestants venus accueillir le Pleutre de Tulle devant M6. Face à eux des enfants, des mères de famille, des jeunes gens aux affiches bariolées et aux sourires frondeurs. Cette loi décidément ne passe pas. Cette loi continue à réveiller l’esprit contestataire qui habite la culture française. Et ce ne sont pas les vulgaires rôts du plus mauvais président de la cinquième République qui arrêteront ce regain de conscience politique.

e30dkd[1]

Les rédacteurs de Nouvel Arbitre étaient encore présents ce soir au milieu des manifestants pour vous proposer le récit de cette soirée qui continue actuellement par un vaste cache-cache pour Tous sur les Champs. Il se raconte que le Pleutre de Tulle y dîne à une Table hors de prix. Mais promis notre président est normal.

nk7fn[1]

L’ambiance est déterminée mais festive, bien que malheureusement trop lointaine du siège de la chaîne de télévision M6 pour réellement inquiéter notre Pleutre de Tulle. Notons toutefois que pour un président normal, ne plus pouvoir se déplacer sans craindre une contestation massive relève du paradoxe. Pourtant les manifestants sont sympas, qu’on se le dise !

emvlk[1]

Les organisateurs de lancer quelques nouveaux slogans comme : « Peillon, Peillon, t’es pas mon genre » qui a rencontré un franc succès. Les manifestants ont vivement regretté deux choses: l’absence de Marie-Cap, la nouvelle égérie de la Manif Pour Tous, et accessoirement les délires d’Albéric Dumont qui a interdit l’accès à la place à Béatrice Bourges. Grotesque.

 

 

C’est également l’occasion pour les organisateurs de La Manif Pour Tous de préciser leur stratégie: s’employer à attaquer la racine de la Loi Taubira en attaquant de front la théorie du Genre mais également continuer à harceler les ministres et le Pleutre de Tulle. Rendez-vous Vendredi pour un accueil devant Science-Po, la rue Saint Guillaume va nous entendre !

La Rédaction de Nouvel Arbitre

Pétition contre le « Mur des cons »

Monsieur le Président de la République, 

La découverte du « Mur des cons » dans les locaux du Syndicat de la Magistrature a ruiné l’esprit de neutralité et d’impartialité qui doit être celui de nos magistrats.

Car, outre les personnalités "de droite", le Syndicat de la Magistrature a osé épingler sur ce mur deux pères de victimes dont les filles ont été tuées dans des conditions abominables.

Nous, citoyens français, en appelons donc à votre responsabilité pour mettre fin à la politisation et à la partialité d'une partie de la magistrature. Pour que nous puissions à nouveau croire en cette institution et que la Justice soit la même pour tous, nous vous demandons d’instaurer la transparence sur l’appartenance syndicale des juges.

Nous avons le droit de savoir si le juge chargé de notre affaire appartient à un syndicat qui insulte les victimes et méprise les citoyens qui ne pensent pas comme lui.

Je compte sur vous, Monsieur le Président de la République, pour agir avec responsabilité.

Respectueusement.

http://petitions.institutpourlajustice.com/mur-des-cons/mailing.php

Posté par Etendard royal à 16:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 16 juin 2013

Pierre Bergé au Maroc : l'affaire Majorelle

.pierre_berge_affaire_majorelle_maroc

affaire majorelle - maroc - jack lang

maroc vsd majorelle lang berge ysl(source : pedopolis /  VSD n° 1857 - Du 28 Mars au 3 Avril 2013)

Posté par Etendard royal à 18:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Héros antifas ?

La manifestation en hommage à Clément Méric, ce jeune « antifa » décédé le 5 juin des suites d’une rixe survenue à Paris lors d’une vente privée de vêtements de marque,  a réuni samedi après-midi un millier de personnes dans le centre-ville de Nantes. Méconnaissant probablement les circonstances exactes de la mort du jeune étudiant, des manifestants s’en sont pris aux passants qui effectuaient des achats en criant, selon Ouest-France, « on tue des enfants de 18 ans dans les rues. Arrêtez le shopping ! ». On ignore si ces passants étaient acheteurs de vêtements « Fred Perry ».

Lors de cette manifestation plusieurs vitres ont été brisées. Une quinzaine d’ « antifas » se sont rendus au  commissariat central en jetant des bouteilles et en mettant le feu à quelques poubelles.

Alors qu’ils voulaient contrôler l’identité d’un manifestant, cinq policiers ont été blessés par une quinzaine d’individus, armés pour certains de chaines métalliques et de bombes lacrymogènes. Deux jeunes, âgés de 19 et 23 ans, ont été interpellés. Ils comparaîtront devant le tribunal en janvier 2014, pour « rébellion et participation à un rassemblement avec armes ».

 

Description (colonne de droite) : Skinhead Communiste Last Rebel est le site de propagande d'un collectif de Skinheads antifascistes membres ou sympathisant du Parti Communiste Français. La ta che principale de SHCLR est de propager les idées et les idéaux révolutionnaires du Marxisme-Léninisme.

Images : 

SUPPORT-KOREA.jpgLe drapeau de la Corée du Nord

marx-engels-lenine-staline-1195206789De gauche à droite : Marx, Engeks, Lénine, Staline

Voir aussi ici, ici, ici, ici et .

 

.

Référence au groupe terroriste italien Azione Diretta, en français Action Directe.

 

  • Le principal site antifa, Action Antifasciste, renvoie vers un site affichant le portrait de Lénine (colonne de droite, sous "REDSKINS POWER").

 

  • FailFaf relate avec plaisir (c'est d'ailleurs là sa destination) des agression de militants nationalistes, ici à

 

  • Enfin, Vegan Antifa, proche de Clément Méric, avait publié des photos de militant de 3ème Voie, parmi lesquelles figurait Esteban, accusé d'être à l'origine de la mort de Méric. L'association cherchait à identifier ces militants, preuve que la rencontre mortelle est plus que fortuite...

Tags sur le collège des Bernardins :

 


 

Les enfants vivants avec des homosexuels subissent des inégalités

Les enfants vivants avec des homosexuels subissent des inégalités

Un enfant vivant dans un foyer homosexuel a-t-il les mêmes chances et les mêmes atouts qu’un enfant vivant avec ses parents biologiques ? N’y a-t-il pas un risque de discrimination à son encontre eu égard à son comportement, son intégration sociale, sa santé ? Une étude américaine publiée en 2012 apporte un regard neuf sur le sujet. L’étude est réalisée par le New Family Structures Study (NFSS) lié à l’université d’Austin, au Texas. Elle a été conduite par le docteur Mark Regnerus. Ses résultats ont été largement repris, dans des études spécialisées, mais aussi dans la presse grand public, comme le New York Times. Ses résultats sont décapants : les enfants vivants dans des foyers homosexuels ont plus de risque de subir des violences sexuelles, de connaître le chômage, la drogue et la violence, que les enfants vivants avec leurs parents. Une présentation de l’étude est visible ici, et toutes les données peuvent être consultées sur le site Family Stucture Studies. Nous allons ici synthétiser l’étude, en conseillant fortement au lecteur de lire surtout le document ci-devant mentionné, qui est plus précis et plus complet.

Présentation de l’étude

Par rapport à d’autres études du même type, celle-ci a plusieurs spécificités qui la rendent davantage crédible. Tout d’abord sont étudiés différents types de familles, que les chercheurs classent ainsi :
Famille biologique intacte (FBI), famille divorcée dont l’enfant a vécu avec ses parents jusqu’à l’âge de 18 ans, famille recomposée, famille monoparentale, famille adoptive, famille de lesbiennes, famille d’homosexuels. Cette typologie approfondie assure une meilleure compréhension du mode de vie des enfants et des relations avec leur famille respective.

Mais l’étude a surtout trois grandes spécificités qui la distinguent largement des autres études traitant du même sujet.

1/ Cette étude compare les enfants élevés par des duos homosexuels et ceux élevés par des familles biologiques intactes (FBI). Or, la plupart des études, souvent organisées par des groupes homosexuels, comparent les enfants élevés par des homosexuels avec des enfants élevés dans des familles divorcées ou monoparentales.
2/ L’étude étudie les jeunes adultes, alors que les autres étudient les enfants quand ils vivent encore dans le foyer. Or, ces études interrogent souvent les parents, pour leur demander leur point de vue. Les enfants, quant à eux, sont rarement sollicités. Les études ne se demandent jamais ce que les enfants deviennent une fois qu’ils sont adultes. C’est la première fois qu’une étude analyse cela. L’âge étudié ici est entre 18 et 39 ans. Ce sont des jeunes adultes interrogés sur leur vie d’enfance. Les personnes peuvent donc parler de leur expérience, de ce qu’elles ont vécu ou ressenti quand elles étaient enfants.
3/ L’étude se fonde sur un panel de personnes étudiées très large (2 988 personnes) alors que les autres études ont un panel très restreint, qui n’est pas représentatif de la population américaine.

D’autre part, les questions étudiées sont vastes, alors que la plupart des autres études analysent souvent le niveau scolaire obtenu ou les études réalisées. Ici, on étudie le comportement social, relationnel et émotionnel.

Deux points importants pour comprendre le sens de cette étude

Elle ne vise pas à dresser le cadre des résultats des enfants vivants avec des homosexuels, mais à faire des comparaisons entre les enfants vivants dans des FBI et ceux vivants avec des homosexuels. C’est-à-dire que lorsque l’étude constate que les enfants vivants avec des homosexuels ont plus de risque de faire une dépression, c’est par rapport à ceux vivants dans des FBI. Rien ne permet d’indiquer que les parents homosexuels soient la cause de cette dépression. Le but de l’étude est seulement d’identifier les différences moyennes selon les groupes, et de voir de combien sont ces différences.

« Quand on leur demande s’ils ont subi des attouchements sexuels de la part d’un parent ou d’un adulte, les enfants vivants avec des lesbiennes répondent oui onze fois plus souvent (23%) que les enfants vivants dans des familles biologiques intactes (2%), et ceux vivants avec des homosexuels répondent oui trois fois plus souvent (6%). »

Instabilité des foyers homosexuels

L’étude constate tout d’abord une grande instabilité des foyers homosexuels.

Sur les 2 988 enfants étudiés, 175 enfants ont vécu avec deux lesbiennes. Sur ce groupe, 57% ont vécu avec leur mère et sa partenaire au moins quatre mois, et seuls 23% au moins trois ans. 73 enfants ont vécu avec leur père et son partenaire. 24% vivent avec leur père et son partenaire pendant au moins quatre mois, et moins de 2% des enfants dont le père a des relations homosexuelles a passé au moins trois ans avec le même partenaire homme.

Les personnes homosexuelles vivent donc très peu de temps avec les mêmes personnes, elles n’ont pas de relations stables. Cela se retrouve dans d’autres pays, comme l’Angleterre, la Suède ou la Norvège. C’est un élément qui peut contribuer à déstabiliser les enfants.

Sociologie des homosexuels

Dans l’imaginaire des personnes, les homosexuels sont blancs et appartiennent à la classe aisée de la population. Or, on constate, à travers cette étude, que 48% des hommes et 43% des femmes sont noirs ou hispaniques. Il y a beaucoup plus de noires lesbiennes (26%) que de noirs homosexuels (7%). Pour les Hispaniques, la proportion est inversée : 41% d’hommes et 17% de femmes.

De même pour les aides sociales. L’étude constate que les enfants vivants dans des foyers homosexuels sont plus nombreux à recevoir des aides sociales que les autres : 38% pour les foyers de lesbiennes, 23% pour les homosexuels, 10% pour les familles biologiques intactes.

Quand ils sont adultes, ils sont 3,5 fois plus souvent au chômage (dans les deux cas en comparaison avec les enfants des FBI).

Situation de délinquance

Dans les rapports avec la délinquance, les enfants de foyers homosexuels ont une plus grande propension à être touchés par le crime. En moyenne, les enfants vivants avec des homosexuels sont arrêtés 1,68 et 1,75 fois (taux le plus élevé), contre 1,18 fois pour les FBI (taux le plus faible).

Il y a aussi beaucoup plus d’attouchements sexuels dans les foyers homosexuels. Quand on leur demande s’ils ont subi des attouchements sexuels de la part d’un parent ou d’un adulte, les enfants vivants avec des lesbiennes répondent oui onze fois plus souvent (23%) que les enfants vivants dans des FBI (2%), et ceux vivants avec des homosexuels répondent oui trois fois plus souvent (6%).
Dans le même ordre d’idée, ils sont plus fortement touchés par les maladies sexuellement transmissibles : 20% des enfants pour les foyers de lesbiennes, 25% pour les foyers d’homosexuels, 8% pour les foyers FBI.

Étude émotionnelle et maladie mentale

Les enfants vivants avec des homosexuels sont beaucoup plus sujets au suicide que les autres : 12% pour ceux qui vivent avec des lesbiennes, 24% avec des homosexuels, 5% pour les autres. Ceci explique peut-être que 19% ont suivi une thérapie, contre 8% pour les enfants de FBI.

Conclusion

Cette étude démonte donc les arguments de ceux qui affirment que les enfants vivants avec des personnes à tendance homosexuelle n’ont aucun trouble et se comportent aussi bien que les autres. Se fondant sur un panel beaucoup plus large que les autres, interrogeant directement les enfants, une fois adultes, et non pas leurs parents, l’étude apporte une rigueur méthodologique nouvelle.

Nouvelles de France

Posté par Etendard royal à 17:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

lundi 10 juin 2013

LE PORTE-PAROLE DES HOMMEN : "CE N'EST QU'UN DÉBUT"

Le porte-parole des Hommen :
 
Fabien (pseudonyme) est responsable national et porte-parole des Hommen. Il revient sur l'opération menée dimanche sur le court Philippe Chatrier de Roland-Garros, lorsqu'un militant des Hommen a sauté sur la terre battue avec un fumigène pour dénoncer la loi Taubira sur le mariage gay.

En venant perturber la finale de Roland-Garros, est-ce que vous ne mélangez pas le sport et la politique, au risque de vous attirer de vives critiques ?

La lutte contre la loi Taubira n'est pas un combat politique, mais un combat de société. Nous savions que nous allions être critiqués. Mais sur Facebook et sur Twitter, nous constatons une explosion des messages de soutien. Notre objectif est de libérer la parole du peuple. Le gouvernement n'a pas écouté les immenses mobilisations du printemps. Il s'en frotte les mains. C'est pourquoi nous avons choisi de faire connaître cette situation dramatique dans le monde entier. D'où notre choix d'intervenir à Roland-Garros.

De ce point de vue-là, quels résultats avez-vous obtenus ?

Nous avons pu les constater dès hier soir en faisant le tour de la presse internationale sur le web. Disons que nous n'avons pas pu trouver de journaux qui n'en parlaient pas. Nous sommes présents partout : au Brésil, au Mexique, aux Etats-Unis, au Canada, en Afrique, en Russie... Et dans des titres importants comme le New York Times par exemple. 

Vous portez un masque blanc, vous vous exprimez sous pseudonyme... Pourquoi ?

Derrière le masque blanc que nous portons, nous considérons qu'on retrouve tous les Français qui s'opposent au mariage gay. Ce n'est pas un slogan, mais une réalité. Quand nous montons des actions, nous ne nous connaissons pas forcément. Ce sont souvent des nouveaux-venus qui se mobilisent pour une ou plusieurs opérations, et parfois nous ne les reverrons pas. 

Êtes-vous néanmoins rattaché à l'un des mouvements officiels d'opposition au mariage gay ?

Nous ne sommes rattachés ni au Printemps Français, ni à la Manif pour Tous, ni au Camping pour tous, ni à aucun autre de ces différents mouvements. Nous sommes libres et autonomes, mais nous avons bien évidemment des relations avec eux.

Quels sont les effectifs des Hommen ?

Pour la raison que j'invoquais précédemment, nous ne pouvons afficher d'effectifs précis puisque la mobilisation se fait opération après opération, sur la base du volontariat. Ce que je peux vous dire, c'est que nous écartons systématiquement les volontaires qui sont rattachés à des mouvements politiques, de manière à préserver notre caractère apolique et pacifique. Dans le même esprit, nous avons également défini une charte pour cadrer notre action.

Quelle seront vos prochaines opérations ? On va vous voir à chaque étape du Tour de France maintenant ?

Je vous laisse la surprise. Ce qui est certain, c'est que ce n'est qu'un début. François Hollande veut nous interdire d'employer le terme de "résistance". Mais c'est un acquis. La résistance est en marche et elle se structure. Jamais on ne lâchera pour défendre le mariage et le droit des enfants, jusqu'à ce que la loi Taubira ne soit plus qu'un mauvais souvenir.

Cette loi avait été annoncée par François Hollande. Elle a été votée par le Parlement et promulguée. N'y a t-il pas un moment où il faut accepter le jeu démocratique ?

Il serait bon en effet que le gouvernement accepte enfin le jeu démocratique, quand une majorité de Français s'oppose à une loi. La démocratie, cela signifie que le pouvoir appartient au peuple. Quand le peuple n'a plus le pouvoir, on glisse vers le totalitarisme. Tout le monde sait que François Hollande n'a pas été élu sur cette proposition, mais sur le chômage et l'économie. C'est sur ces thèmes que les Français l'attendent. Pas sur le mariage gay.

Direct Matin

Posté par Etendard royal à 17:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,