Le 20 novembre 2012 le général Bigeard rejoindra ses compagnons d'armes au mémorial des guerres d'Indochine à Fréjus où une stèle sera dévoilée.
Cette date correspond au lancement de l'opération Castor avec le largage du 6ème BCCP du commandant Bigeard, elle correspond également au déclenchement de la bataille de Dien Bien Phu.

Général à fort caractère, Marcel Bigeard illustre à lui seul un siècle d'hostoire militaire. Issu d'une région fortement marquée par son passé historique, Marcel Bigeard est recruté à 20 ans dans l'armée pour aller sur la ligne Maginotet en sort caporal-chef au bout de deux ans. Il repart à l'assaut lors du second conflit mondial, est fait prisonnier en 1940, parvient à s'échapper du camp et rejoint les troupes basées en Afrique Noire. Il encadre ensuite l'action des résistants en France et rejoint les FFI. A la fin de le guerre, Marcel Bigeard a atteint le grade de capitaine. A peine sorti des tranchées que le voilà reparti dans l'enfer indochinois où il participe à la bataille de Dien Bien Phu dont il ressort en héros. Il repart sur le font de la guerre d'Algérie où il commande le 3e régiment de parachutistes coloniaux et participe à l'arrestation de nombreux membres du FLN, sécurise Alger. Après des missions à Saïfa dans la région d'Oran et à Ain-Sefrail part pour le putch des généraux sous l'ordre du général de Gaulle. Nommé en 1967 général de brigade et commandant des forces armées supérieures du Dakar, il part quelques temps à Madascar jusqu'à son indépendance. Gouverneur militaire de Paris pendant trois ans, il démissionne en 1976 pour devenir secraitaire d'Etat à la Défense nationale. En fin de carrière, il est nommé dès 1978 député de la Meurthe-et-Moselle où il restera 10 ans. Durant ses années de retraite, de son bastion de Toul, il rédige ses mémoires ainsi que des ouvrages de stratégies militaires. Il décède en juin 2010.

Source : Evene