image_1364947063137477

J’accuse !

Hier j’étais aux côtés de jeunes manifestants qui bravèrent le froid et la répression policière pour faire face au projet de loi Taubira. Beaucoup nous décriront ce matin comme des nervis d’extrême droite, ou des catholiques fanatiques. Quelle honte ! Hier dans mes bras, sous mes yeux, dans mon cœur il y avait une jeunesse toute entière assemblée contre les manigances qui entourent le projet de loi Taubira. Ils pouvaient être catholiques ou athées, printemps français ou Manif Pour Tous,  UDI ou front national, tous avaient un point en commun : la fraîcheur et la beauté de leur engagement citoyen.

Que la DCRI, ou les journalistes maladroitement soldés, qui lisent ce propos se le tiennent pour dit : ce sont les lobbys fanatiques LGBT et le gouvernement socialiste  qui attisent la haine au cœur de notre pays. Ce sont les ordres absurdes du perfide Manuel Valls qui entretiennent la colère. C’est enfin l’arrogance d’un président à la renverse qui nourrit la colère des français de tous âges et de toutes conditions qui manifestèrent joyeusement auprès de l’Odéon ! Dans deux semaines, je serai aux écrits des grandes écoles de commerce : je me passerai bien des répressions policières et des heures d’engagement si le scandale socialiste n’était pas apparu si clairement sous mes yeux.

La sainte colère qui m’anime cependant refuse de se taire. Les exactions, les violences, les scandales se sont à ce point accumulés que nous devons aujourd’hui accuser ceux qui gouvernent au destin de la France. Ainsi j’accuse Manuel Valls de réprimer sans aucune réflexion des actions spontanées et conviviales par des exagérations policières infâmes : gazages ce 24 Mars, police politique au Camping Pour Tous, arrestations sommaires au cours d’actions du printemps français. J’accuse la préfecture de police de Paris de mettre en cause tout l’honneur des forces de l’ordre en se pliant à des instructions illégales et barbares. J’accuse Christiane Taubira d’avoir à ce point peur du débat d’idées qu’elle agite à tout va un péril fasciste pour masquer l’incohérence et la terreur qui règnent au cœur de sa conception du politique. J’accuse enfin François Hollande de reprendre une vieille conception radicale du jeu politique : couardise devant l’argent et prostitution auprès de tous les lobbys qui pourraient masquer l’impotence socialiste. Solférino remplace les Éléphants par des Rhinocéros, ce qui augmente d’autant le péril !

Aussi j’appelle tous mes concitoyens, tous mes lecteurs à ne rien  lâcher. Aujourd’hui est un grand jour ! Harcelez les ministres, brusquez les sénateurs, interpellez les médias, dénoncez les officines, ne reculez devant rien ! Les opposants au Mariages pour tous constituent aujourd’hui un corps de sous-citoyens : Manuel Valls peut insulter les petits qu’il a fait violenter par orgueil socialiste et Pierre Bergé s’ériger en nouvelle conscience morale,  les puissants nous haïssent! Souvenez vous que nous sommes le peuple, la République, le pays réel ! Souvenez vous que nous sommes la France et que les subsides des trésoriers de la campagne hollandaise ne pourront pas nous bâillonner plus longtemps.

Alors aujourd’hui, lâchez le quotidien, lâchez la quiétude. Venez accueillir Marisol Touraine, Venez dénoncer les tromperies socialistes au Sénat, Venez forcer le monde médiatique à respecter la France bien élevée. Il est trop tard pour les discours lâches et les excuses faciles, Il est trop tard pour le débat public et l’échange. Place à l’action, Place à la colère. Ne Lâchez Rien. Abandonnez les frousses inutiles. La France se joue maintenant, et notre avenir avec elle !

Charles de Meyer (nouvelarbitre.com)